Toronto

Bonsoir tout le monde!

Mercredi et Jeudi passé j’étais à Toronto. Plus précisément, entre Mississauga et Brampton. Collé sur l’aéroport. J’admet avoir été impressionnée de voir voler les avions si bas au-dessus de ma tête. Dans le restaurant de l’hôtel, on avait une très belle vue des avions. Avec un mur dans le style solarium jusqu’au plafond. Le panorama était super.

« Mais que faisais-tu à Toronto Jue? » Je vous voyait venir avec cette question.

Au courant de la semaine, il a eu de la mortalité dans la famille à mon amoureux. Nous sommes donc monté pour les funérailles. Nous avons quitté la shop, mercredi à 2heure du matin, pour prendre la route. À 3 heure du matin nous quittions officiellement la maison pour partir.

7 heures de route à faire…
…Sept heures…!
SEPT  HEURES!!!
Je peux-tu vous dire que c’est long en Sacrament!

Le premier arrêt a été au tout premier « ONRoute » à Bainsville. Ça été aussi mon premier arrêt en dehors du Québec. Parce que, non, je n’avais jamais quitté le Québec auparavant. Ensuite, nous entamions le chemin plate. La 401 jusqu’à Toronto. Nous avions déjà presque 2 heure, de route, de fait. Cinq heures à faire encore… CINQ! Rendu à la hauteur de Brockville, la température a commencé à jouer avec nous. Brouillard, vent infernal, neige intense, Slush… Ma voiture Spinait de tout bord tout côté. On ne voyait pas à plus de 10 m devant nous. Puis le soleil est sorti. Puis il est reparti. Puis il est revenu. Ouais, dame Nature ce sentait vraiment Bitch avec nous.

Quand nous avons atteint Kingston, la température s’améliorait. Nous avons fait notre troisième et dernier arrêt dans un ONRoute. Celui nommé Napanee. Il était rendu 8heure du matin. Cinq heure de route de fait. Il nous en reste plus long, seulement 2heure. Yéé…! On commence à être tannés, fatigués, écoeurés, tout ce que tu veux en É. Juste en reprenant la 401, on roule plus ou moins 2km, ma voiture spin plus que jamais. Mon amoureux sacre, chiale, il fait tout les temps. Six voitures dans le fossé! Nous avancions au ralenti. C’est pas comme si on avait hâte d’arriver T’sais!

Et puis, quelques kilomètres plus loin, dans la voie inverse, un truck a complètement dérapé. Il bloquait le chemin au complet. Plusieurs ambulances, pompiers et polices. Sur plus d’un kilomètre, la circulation est complètement arrêté. Mais heureusement pour nous, de notre côté, les chemins étaient rendu plus que beau. Nous avions perdu une bonne heure à cause de la température et des chemins glissants.

Nous sommes arrivés vers 11heure chez un oncle à mon amoureux, j’étais affreusement fatiguée! Au point que j’était étourdie. En faite, la meilleure description serait de dire Hangover. Mon dernier gros repas datait de minuit. En chemin j’avais consommé que du café, du café et encore du café, un yogourt grec et deux patate du Tim Horton. Aucun Déroule le rebord de gagné. Il sont vraiment Cheap cette année. Misère de Misère!

Vers les 2heure de l’après-midi, je n’avais toujours pas dormi, nous avons prit place dans un Best Western. Avec Trivago je sauvais 50$.Comme mentionné plus haut, la vue à partir du restaurant était splendide. Le restaurant en lui-même était magnifique, le gars de service était super gentil et agréable. L’accueille et le service était parfait. Le Hall était chic. Mais les chambres…

J’avais réservé une chambre, avec un lit double.
Il a une chose à savoir avant que j’aille plus loin dans mon histoire, mon Amoureux fait parti de la communauté de Reddit. Vous ne connaissez pas Reddit? C’est simple, c’est une application sociale, dans le style de Facebook, principalement (pour ne pas dire uniquement) Anglophone. Une sorte de gros, gros, gros forum. Toute sorte de conversation s’y trouve. Sur toute sorte de sujet. Tout ce que tu veux. Musique, Film, Cinéma, TV, Ordi, Animaux, Sexe,  Photo, Politique, Acteur, voyage. TOUTE. Mais entre-autre, beaucoup de chose dégueux, étrange, cute, drôle, sérieux, horrible, épeurant, émouvant…
Donc, en prenant place dans la chambre, moi et mon amoureux avons inspecté la chambre. Pour la propreté, les bébittes et / ou autres choses. Et biens, figurez-vous donc qu’on a trouvé un « autres choses ». Quatre bouteilles de bière vides entre les deux matelas. Elles devaient dater de loin, car le petit fond d’alcool qui reste dans la bouteille était visiblement sec.

Nous avons changer de chambre, et nous avons même eu droit à 20$ pour le déjeuné. Comme quoi que, c’est payant ce plaindre. Dans la nouvelle chambre, il avait deux lit double, ça faite mon affaire, car j’adore avoir chaud en dormant. J’ai pus prendre les deux douillettes.

Mon amoureux à commander de la bouffe. Plus de 45 minutes plus tard nous avons reçus notre petite salade césar, notre petite frite épicé et un Pita au poulet. Quarante-Cinq minute et plus, pour un restaurant à moins de 1o minute de l’hôtel. Je capotais!

Nous avons pus nous reposer finalement. 24 heure plus tard. 24 heure sans dormir. Je ne veux plus jamais revivre ça. J’étais tellement épuisée que je me sentais comme un enfant trop fatigué, qui pleure sans raison. C’était exactement moi ça. Oui. Je l’admet. J’ai braillée comme un bébé, sans raison valable. J’étais trop facilement fâchée. Trop émotive. Trop fatiguée. Trop…

Je n’est pas été à l’exposition du corps. D’une façon c’était correct. J’aurais pas supporter voir près de 200 personnes. Voyez-vous, je suis pas anti-sociable, mais plutôt solitaire. Mais, avec si peu de sommeil, de nourriture, et de bien être, alors là, oui, je deviens anti-sociable.

Le lendemain j’ai profiter du gym de l’hôtel. C’était LE critère principal que je voulais. Le gym. J’ai utilisé le tapis roulant. Ma machine préféré depuis toujours. Ne pas vivre au 2eme étages, c’est certain que ça aurais été mon choix d’achat avant un vélo stationnaire. Ensuite, on a déjeuné au restaurant de l’hôtel. J’ai manger des toasts, Sans Gluten! Ça m’a remplit de joie. Savoir qu’il offrait du sans gluten. Ça avait fait ma matinée. 40 minutes de tapis et des toast sans gluten. C’était un matin joyeux. Même si je trouve ordinaire les pain sans gluten. Le pain me manque tout de même.

Puis, on suivit les 6 heures les plus longue de ma vie. Les funérailles. C’est ennuyant déjà en partant des funérailles. Ici je parle du monsieur qui parle trop, de jésus, de la mort, de l’amour et tout. Imaginez ça en anglais. Ce n’est pas ma langue. C’est encore plus long.

Je vous vois venir avec « par compassion ». Oui je comprend tout ça. Moi aussi j’aimerais qu’il soit présent si un membre de ma famille proche décède. Mais ça reste long. Être simplement assise là, à attendre, et attendre, échanger deux trois mots avec une tante. Être mille fois trop gênée devant les 100 autres (c’est une très grosse famille). Regarder encore les 30 même photos défilé sur l’écran. Relire pour une 50eme fois le pamphlet. Jouer avec le contour de mes ongles (un tic sois nerveux ou d’ennuie), jusqu’à que mon amoureux me demande d’arrêter, car il n’aime pas ça. Rester assise seule, car celui-ci est parti parler à des oncles ou tante qu’il voit moins souvent. Oui j’avais de la compassion pour mon amoureux, mais ça ne rime pas avec patience.

J’adore ma belle-Famille. Ils sont tous très gentil. Ils sont tous généreux. Extrêmement généreux. Mais je n’est pas connue ça, des familles si nombreuses. Je ne suis pas habituer d’être dans une salle avec plus de 50 personnes d’une même ligné de sang. Ça me stresse. Il a trop de monde. Je me sens étouffée dans ces moments là.

Pour retourner à la maison, ça été mon beau-papa qui à conduit ma voiture. … … … !!!
J’ai eu peur. Très peur. Beaucoup peur. Trop peur… Shit…! Je pensais ne pas aimer la conduite à mon amoureux… ha ha ha laissez-moi rire. Il conduit plutôt très bien finalement. Et c’est de famille cette conduite mi-dangereuse, mi-trop-rapide, mi-trop-stressante. Car le frère (en fin, l’un des nombreux frères) qui nous suivait avec son pick up, accompagnés de sa femme et d’un autres frère, roulait aussi vite que nous, voir même plus vite parfois. Ça ressemblait presque à une course entre eux.

Mais ça semblerait normal là-bas, car même les Truckers nous dépassaient à des vitesses pas croyable et prenaient des avances incroyables dans cette sois disant course.
À minuit, Jeudi soir, nous étions sain et sauve, et heureux d’être revenu à la maison et de revoir mon gros bébé chat.
Home Sweet Home comme on dit si bien.

À Bientôt
Plein d’amour
JueDePlante

DSC_0053

Le gros accident

DSC_0055

Le trafic après l’accident qui continue à l’infini

Advertisements